1919.

bonjouratous

J’espère que vous allez bien? À Paris, le mois de janvier a toujours été déprimant à mes yeux: il fait froid, humide, pas de neiges et les fêtes sont déjà passées. Je me vais pas vanter les mérites du Canada en disant que l’hiver ici est absolument génial mais il est quand même plus fun: de la neige, des activités hivernales, le sirop d’érable pur dans le thé… pour l’instant j’aime mon premier hiver ici !

Un nouveau look blog ce dimanche d’un petit shooting que j’ai réalisé vendredi, comme je travaille tout le week end je n’ai pas eu le choix que de me préparer en avance. Il s’agit de ma belle robe velours du Nouvel An, que j’aime porter soi de façon néo-médiéval soi comme vendredi, en lady de 1919. Pourquoi 1919 ? en ce moment je regarde la série TV Peaky Blinders, et elle démarre en 1919, avec le beau Thomas Shelby. C’est donc une robe couleur prune-bordeaux (plus rosé que sur les photos) avec manches longues et un col travaillé. Je l’accorde avec un headband dans la même couleur que j’ai acheté il y a plusieurs années à une créatrice vintage, un sac d’époque ravissant que m’a offert mon amie Orchidée Von Tassel, et la teint Exorcism de Kat Von D sur les lèvres.

Ne me spoiler pas la série je n’en suis qu’à la saison 2 ! ahah. Je vous embrasse et vous dis à bientôt !

09125142458

IMG_8723

IMG_8731

IMG_8706sepia

IMG_8714

IMG_8715

IMG_8722

jeporte

ROBE  ♦  Shein

BOTTINES  ♦  NewLook

COLLIER  ♦  NouveauMotley

MANTEAU  ♦  Eva frip’

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

La nostalgie printanière

bonjouratous1

IMG_8580

Les températures hivernales québécoise m’obligent à réaliser les photos à la maison, tant il est impossible de se découvrir par -25°C dans la neige. C’est aussi l’occasion de vous faire découvrir mon modeste chez moi, avec ma famille de chats, ahah. J’habite une petite ville à environ une heure de la capitale, c’est le refuge que nous avons trouvé il y a cinq mois à notre arrivée avec mon homme. On déménage normalement en juillet pour se rapprocher de la ville (et oui, je suis une ex-parisienne, la ville me manque un peu parfois) mais ça ne nous empêche pas de prendre soin de notre appartement, provisoire ou pas. 

Je suis très attachée au style victorien quand il s’agit de vêtements mais j’ai complètement craqué pour cette robe rétro d’inspiration 1950 aux couleurs pastel qui a illuminé mon hiver avec un peu de joie ! Cette robe représente tout à fait un look que je pourrais porter au début du printemps, mais aussi en hiver quand les températures sont plus clémentes avec un beau manteau mi-long. Le buste est réalisé pour cintrer la taille et faire ressortir votre jolie poitrine, le col est ravissant et je porte la robe ici avec un jupon blanc mais on peut tout à fait s’en passer. C’est ici une taille M, je dirais que la taille correspond malgré que ce soi un site asiatique, la robe est presque trop grande donc ne prenez pas une taille au dessus de la votre si vous la voulez.  Je suis nulle en coiffure mais j’ai plaisir à réaliser des couronnes de tresses de ce genre ces temps ci, avec des make ups légers.

Je vous embrasse et vous dis à bientôt.

Capturedress

IMG_8591

IMG_8571

IMG_8633

IMG_8612

Vous pouvez retrouver le lien de la robe ici

Sans titre-1jeporte

ROBE   ♦  Romwe 

GANTS   ♦  Claire’s

COLLIER   ♦  Boutique vintage

Rendez-vous sur Hellocoton !

Mon cœur à défailli pour Bloodmilk.

IMG_8094snow

bonneannee

Par le vent glacial du Nord et de la neige, je vous envoi mes vœux ! Que cette année soi sous la bénédiction de la déesse mère, amour et bonheur à profusion. Changer de vie est parfois si effrayant, je n’ai jamais eu autant besoin de croire en l’avenir et d’œuvrer pour le construire.

  Je reviens tout juste d’un double trip canadien, d’abord un Noël fabuleux à Stoneham, sous les arbres enneigés et les montagnes, dans un chalet avec mon homme. Puis, le nouvel an à Montréal, dans un esprit plus dynamique et festif. Je prépare mes prochains articles et me remet doucement au travail pour le blog…

Aujourd’hui j’aimerais vous parler d’une marque que j’apprécie beaucoup et qui m’a permise d’ajouter une pièce sublime à ma collection. Vous le savez, les bijoux, c’est un peu mon péché mignon (voir article mes bijoux précieux ) et j’en veux toujours plus ! Vanité quand tu nous tiens. Mes amis et ma famille en France se sont cotisés pour m’offrir le bracelet que je voulais plus que tout à mon anniversaire (merci à eux !)

BLOODMILK est une marque américaine crée par une femme inspirante et inspirée en 2008, dont les bijoux sont tout droit sorti de son imaginaire et de ses expériences personnelles. Spiritisme, occulte, deuil, inspirations victoriennes, ses merveilles sont faites à la main, l’artisanat s’étant perdu dans notre monde de consommation, cela fait plaisir à voir un peu d’originalité. Chaque bijoux est accompagné d’un texte explicatif, et je dois bien avouer que j’aime les bijoux qui ont quelque chose à raconter, une part de son créateur.

MES AUTRES COUPS DE COEUR

Sans titre-1d

boucle-d’oreilles  ♦  bague    collier

Mon bijoux à moi est un bracelet en argent, inspiration du spiritisme de l’ère victorienne, autrement dit: tout pour me séduire ! 

“Les séances étaient populaires au milieu des années 1800 et consistaient en un groupe de personnes qui entouraient une table, se tenant souvent par la main, dans l’obscurité de la bougie pour communiquer avec «l’autre côté» ou le monde des esprits. Ces rassemblements étaient populaires pendant l’ère victorienne, et il a été dit que même le président Abraham Lincoln y a participé pendant son mandat présidentiel, à la Maison Blanche. ”

Les détails sont superbes, je ne le quitte plus depuis sa réception. D’ailleurs, comme les pièces sont faites à la main, la livraison est assez longue (plus d’un mois) donc prenez de l’avance pour commander. Deux fois par année la marque lance des campagnes de promotions, au printemps et à l’automne, je vous conseille de guetter ces moments là pour acheter, ça permet de gagner un peu de sous.

Quand à nous, on se retrouve très bientot pour le premier look blog de l’année ! xXx

IMG_8640

IMG_8642

IMG_8647

IMG_8649

Rendez-vous sur Hellocoton !

La photographie post-mortem au XIXe siècle

Bonsoir à tous,

Je profite d’avoir du temps libre pour vous proposer un article plus approfondi que de la mode, qui vous permet d’en découvrir davantage sur mon univers. La photographie post-mortem me fascine depuis longtemps (j’en parle ici), et je l’ai choisi comme sujet d’étude pour ma formation, ce qui m’a motivée à vous en écrire un article détaillé. J’ai commencé une petite collection de photographies post-mortem personnelle, je pense en poster quelques unes sur Instagram si vous cela vous intéresse…? Bonne lecture !

2MG_0015

Intrigante, fascinante, dérangeante, l’ancienne coutume de la photographie post-mortem ne laisse personne indifférent. On peut rejeter la cause à notre société moderne, qui a peur de la mort et tente toujours de la dissimuler, la repousser. Pourtant, la mort fait partie de la vie, depuis la nuit des temps les civilisations ont honorés les défunts, créant un lien presque intime entre le voile léger qui sépare notre monde à celui de l’au-delà. 

Les photographies post-mortem sont apparues au XIXe siècle principalement en Angleterre sous le règne de la reine Victoria, on parle ici d’époque victorienne. Cette pratique s’est aussi répandue dans l’Europe et en Amérique du Nord avec le développement de la photographie.  En effet, jusqu’à la naissance du daguerréotype, l’ancêtre de l’appareil photo, la peinture était le moyen le plus connue pour obtenir un portrait de soi ou de sa famille. La peinture, longue à réaliser, parfois peu réaliste et onéreuse, s’est vue détrônée par la photographie. Malheureusement, au XIXe siècle la mortalité infantile est élevée, en 1860 on compte une moyenne de six enfants par familles. Beaucoup de vies sont sacrifiées au profit de la révolution industrielle, la médecine a encore de nombreuses lacunes. Les maladies font des ravages, les enfants meurent rapidement, jeunes, et la famille en deuil, n’a pas eu le temps d’immortaliser l’enfant disparu. Les familles ont l’idée de commander à des photographes des mises en scène de réunions de famille, avec les membres vivants et décédés. Si cette pratique peut sembler étrange de nos jours, elle était à l’époque la seule solution de conserver un dernier souvenir du défunt.

On estime que la première photographie au monde se nomme le Point de vue du Gras (le Gras étant une ville française) depuis sa fenêtre le français Nicéphore Niépce prend cette photo en plusieurs jours de pose. Ami de Louis Daguerre,  Nicéphore lui donnera ensuite l’idée pour construire son futur daguerréotype.  C’est le premier procédé capable d’enregistrer et d’afficher de manière exploitable une image de façon permanente. Il produit une image sans négatif sur une surface d’argent pur, polie comme un miroir, exposée directement à la lumière. Le daguerréotype fut remplacé au fil du temps par l’Ambrotype, le Ferrotype puis par la photographie par l’albumine, tous des procédés précédents l’invention de Daguerre.

oldest-photo

Daguerréotype.

Appareil-a-daguerreotype-Lewis-300x175

Le daguerréotype apparaît en 1839, mais le temps de pose est long, environ trente minutes, oblige les photographes à user d’astuces pour réaliser leurs clichés, en particulier ceux avec les défunts en position debout. Les familles veulent, surtout dans la première partie du XIXe siècle, donner l’illusion du réalisme aux morts, yeux ouverts, position debout ou assise, mise en scène avec la famille autour, comme si l’individu était toujours vivant. Différentes supercheries sont inventées, on colorait les joues en roses des morts sur les photos, on retravaillait le regard pour donner une expression moins vide, on était vraiment en présence des premières pratiques de retouches photos. La plus surprenante de ces pratiques était l’installation de soutien pour les cadavres que l’on voulait debout, avec des articulations pour tenir le dos et la tête droite, les bras dans différentes positions…etc. Il n’est pas rare qu’un jeune enfant pose en présence de son frère ou sa sœur décédé sur la même photographie, et on peut parfois distinguer la mère en arrière voilée d’un grand drap pour s’effacer sur l’image et tenir en place l’enfant vivant et turbulent durant les trente minutes de pose. On assiste à des images fantomatiques, perturbantes mais touchante également.

1414490171-1

34f32c377f02061c7e435348297046c0

desktop-1414521955

Le spiritisme très populaire à cette époque entraîne son lot de supercheries: ainsi, certains photographes et voyants crapuleux feront croire à des familles endeuillés que leur proche disparu pourrait réapparaître lors d’une séance de spiritisme et être photographié avec eux. Il s’agissait bien sur de montages photos, mais convaincants au XIXème siècle.

01-couple-with-female-ghost_1

Si ces photographies apportent réconfort aux familles endeuillées, elles sont aussi des biens précieux pour la famille. On préfère à la fin du XIXe siècle, photographier les morts dans leur cercueil, richement décorés de fleurs et objets mortuaires, entourés de la famille ou seuls, dans un souci de naturel. On les croit endormis dans leur lit, dans les bras de leur mère, ces photos plus douces sont également très courante. Enfin, on peut inclure dans les photographies post-mortem les clichés de deuil, de sépultures, des cortèges funéraires, des animaux de compagnie décédés, et les crimes et tragédies comprenant des victimes.

labananequiparle-tradition-lepoque-victorienne-photos-morts-27

3ba741aa2fc3a379a7be4c157f18e1ec--post-mortem-photography-momento-mori

Après l’apparition de la photographie instantanée au XXe siècle et la baisse progressive des mortalités infantiles, la pratique de la photographie post-mortem décline. Aujourd’hui on réalise encore des photographies post-mortem au sein des maternités, et dans les communautés religieuses d’Europe de l’Est. Après 200 ans, cette coutume ignorée ne cesse d’intriguer le monde moderne, autre temps autres mœurs, ne nous permettons pas de juger les générations passées et laissons l’histoire continuer de nous surprendre.

c2b5e9e1577f45c912b31edd388d3124

Documentations recommandés:

PICKOVER, Clifford. Le Livre de la Mort et de l’Au-delà: De Thanatos à la résurrection quantique, Dunod, 2016, 224 p.
MORD, Jack. Beyond the Dark Veil : Post Mortem & Mourning Photography, Thanatos Archive, 2014, 200 p.
BRAVE, Sir Robin. « Une vie pauvre à l’époque victorienne », Figaro, [En ligne], 19 août 2010, (Page consultée le 4 novembre 2017)
BÉDARIDA, François. L’ère victorienne, Presses universitaires de France, 1974, 128 p.
Rendez-vous sur Hellocoton !

Douceur hivernale.

bonjouratous

IMG_7831uuu

IMG_7815uuu

Je vous retrouve pour un nouvel article en cette fin de novembre froide et brumeuse… au programme, des cheveux naturels et une petite robe des plus adorables. J’ai une bonne résistance au froid, ou du moins je déteste tellement la chaleur que porter une robe courte en novembre au Québec ne me dérange pas ! On surfe sur des températures entre 3°c et -10°c en ce moment. Cela ne m’empêche pas de porter cette robe noire aux détails de manches et de jupon ravissants, facile à porter au quotidien. Je l’ai prise en taille M mais attention pour les fortes poitrines le buste n’est pas extensible.

J’entretien mes boucles naturelles avec des soins quotidiens, et j’ai décidé de ne plus les décolorer ! je passe la main à une méthode d’éclaircissement pour obtenir mon roux plus douce et qui abîmera beaucoup moins ma chevelure. Je vous en reparle bientôt puisque mon nouveau défi c’est une pousse des cheveux assez conséquente pour frôler le bas du dos.

Vous connaissez la passion pour les vêtements en laine? c’est l’adoration des pulls et gilets avec de grosses mailles, et j’aime ça presque autant que la fausse fourrure ! C’est un gilet noir basique que je porte, mais j’aime ses manches resserrées et la longueur… on en trouve une multitude sur le site. L’essentiel étant pour moi qu’il soi assez chaud pour l’hiver québécois qui s’en vient…

Mon compte Instagram passe en mode hivernal ! Beaucoup de photos à venir, n’hésitez pas à y jeter un œil. 

INSTA

IMG_7816

IMG_7785

IMG_7820

Sans titre-1jeporte

ROBE  –  Romwe

BOTTES  –  Batroyalty

BIJOUX  –  Arwen l’étoile du soir

GILET  –  Romwe

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !